Les frères Aubin au champ d’honneur

Capsules d'histoire

Cela fera 100 ans l’an prochain depuis la promulgation de la Loi du jour de l’Armistice et 2020 marque le 75e anniversaire de la fin de la Deuxième Guerre mondiale. En ce 11 novembre, souvenons-nous.

Au champ d’honneur

La Première Guerre mondiale se déroule sur le continent européen entre 1914 et 1918. Elle oppose la Triple-Alliance contre la Triple-Entente, soit l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et l’Empire Ottoman contre la France, la Grande-Bretagne et la Russie.  En 1914, le Canada participe aux combats en Europe en raison de la déclaration de guerre de la Grande-Bretagne. À cette époque le Canada n’est pas un État indépendant et est lié aux décisions de l’Empire colonial britannique. En 1917, le premier ministre du Canada, M. Robert Borden, impose la Loi du service militaire afin d’aider la Grande-Bretagne et la France face à l’invasion allemande. Les volontaires n’étant plus assez nombreux, 125 000 Canadiens sont alors conscrits et mobilisés en Europe.

Trois frères originaires de Saint-Félix-de-Valois ont servi lors de cette guerre. Alfred, Félix et Félix Ernest Aubin, enfants d’Édouard et d’Émérence Aubin, se trouvent donc au cœur de l’Europe durant le conflit. Alfred Aubin (4 septembre 1890 – 20 novembre 1918) et son frère Félix (31 juillet 1893 – 15 novembre 1918) sont soldats d’infanterie pour l’armée canadienne. Quant à lui, Félix Ernest Aubin (15 décembre 1894 – 14 mars 1918) est artilleur dans la 10e batterie d’artillerie canadienne de campagne.

Monument Frères Aubin - Crédit Marcel Desrosiers
Monument Frères Aubin – Crédit Marcel Desrosiers
Insigne de calot du 10e bataillon d’infanterie canadien, Musée canadien de la guerre
Insigne de calot du 10e bataillon d’infanterie canadien, Musée canadien de la guerre

Les deux aînés, Alfred et Félix, sont enterrés au cimetière de la municipalité de Saint-Félix-de-Valois. La sépulture de Félix Ernest est située dans le cimetière britannique de Marœuil en France. Les deux frères aînés sont décédés peu de temps après leur retour du front, tandis que Félix Ernest est gravement blessé au combat au bras et à la poitrine le 10 mars 1918 avant de succomber à ses blessures 4 jours plus tard. Lors de la Première Guerre mondiale, 60 000 Canadiens trouvent la mort et 172 000 sont blessés. Ce conflit avec ses nombreux mouvements de troupes à l’échelle du globe est également le catalyseur de la propagation de la grippe espagnole, plus importante pandémie à toucher le sol canadien.

« À vous jeunes désabusés
À vous de porter l’oriflamme
Et de garder au fond de l’âme
Le goût de vivre en liberté.
Acceptez le défi, sinon
Les coquelicots se faneront
Au champ d’honneur. » – extrait du poème Au champ d’honneur de John McCrae

Remerciement à M. Richard Garon, à M. Denis Renaud, conseiller municipal, ainsi qu’aux membres de la Fondation du Mémorial de Lévis pour leurs recherches sur les frères Aubin de Saint-Félix-de-Valois.

Sources :

Photos :
Coquelicot : Légion d’honneur canadienne