Afin d’assurer votre sécurité et celle de votre entourage, le Service de sécurité incendie de Saint-Félix-de-Valois vous invite à suivre ces conseils de prévention.

Profitez des changements d’heure du mois de novembre et de mars pour inspecter votre appareil et en changer la pile, ou pour en installer un. Nous vous rappelons qu’il est obligatoire d’en avoir au moins un, fonctionnel, dans son logis.

73 % des incendies de bâtiments surviennent dans un bâtiment résidentiel. Il est donc d’autant plus important d’avoir un avertisseur de fumée fonctionnel à la maison. Vérifier l’avertisseur est simple et rapide :

  • Appuyez quelques secondes sur le bouton d’essai. Le signal doit se faire entendre immédiatement.
  • Vérifiez leur capacité à détecter la fumée en éteignant une chandelle près des avertisseurs. S’ils sont reliés à une centrale, vérifiez auprès de la compagnie si le signal a été transmis.

Points importants 

  • Des signaux sonores intermittents indiquent que la pile est trop faible et qu’elle doit être changée. N’installez jamais de pile rechargeable.
  • Installez un avertisseur de fumée par étage, y compris au sous-sol.
  • Installez-en dans les corridors, près des chambres à coucher, en vous assurant qu’aucun obstacle ne bloque la circulation de la fumée.
  • Remplacez vos avertisseurs de fumée tous les 10 ans ou avant, s’il est endommagé ou défectueux.
  • Si vous êtes locataire, votre propriétaire doit vous fournir au moins un avertisseur de fumée par étage, incluant le sous-sol, mais vous êtes responsable de l’entretenir et de changer la pile, au besoin.

Veuillez prendre note qu’en aucun temps vous ne devez souffler ou accumuler la neige près des bornes-fontaines, dans un rayon d’un mètre.

Aucune balise ni autre obstruction ne doivent être installées autour des bornes-fontaines.

L’utilisation des bornes-fontaines est réservée uniquement aux employés municipaux et aux pompiers.

En cas d’incendie, il est essentiel de pouvoir évacuer rapidement votre domicile. En hiver, l’accumulation de neige ou de glace dans vos sorties extérieures peut nuire à l’évacuation.

  • Après chaque chute de neige, déneigez vos sorties, vos balcons et votre terrasse;
  • Prévoyez une autre sortie de secours que les portes, comme un balcon ou une fenêtre, et assurez-vous que cette sortie est déneigée et déglacée en tout temps;
  • Dégagez vos sorties extérieures des objets encombrants comme les vélos, le barbecue et les meubles de patio;
  • Prévoyez un point de rassemblement accessible en hiver.

Autres conseils de sécurité pour faciliter l’évacuation :

À l’intérieur de votre domicile, assurez-vous que les voies de sortie, par exemple les corridors et les escaliers, sont dégagées en tout temps d’objets encombrants, tels que les jouets, les chaussures ou les sacs d’école ou de sport;

  • Vérifiez que les fenêtres pouvant servir de sorties de secours sont accessibles de l’intérieur pour un jeune enfant, et que celui-ci connaît la façon de les ouvrir et d’y accéder en utilisant, par exemple, un banc, une chaise ou tout autre meuble;
  • Préparez un plan d’évacuation de votre domicile et exercez-vous à évacuer avec les membres de votre famille pour augmenter vos chances de sortir sains et saufs lors d’un incendie.
  • Vérifiez régulièrement le bon fonctionnement de vos avertisseurs de fumée. S’ils sont défectueux ou qu’ils ont été installés il y a plus de 10 ans, remplacez-les.

Pour obtenir plus d’information sur l’évacuation en cas d’incendie, communiquez avec le Service de sécurité incendie ou visitez le securitepublique.gouv.qc.ca à la section Sécurité incendie.

Pourquoi être prudent au printemps?

• Le danger d’incendie est accru en avril et mai, car beaucoup de petits combustibles secs sont présents sur les terrains dégagés. De plus, la verdure n’est pas encore installée. Le sol sec favorise donc la propagation du feu.
• L’indice d’incendie ou indice-ô-mètre n’est disponible qu’à partir de la mi-mai. Les résidents ne connaissent donc pas le niveau de danger d’incendie.
• Le danger d’incendie lié aux petits combustibles fluctue rapidement en zone périurbaine. En forêt, il grimpe progressivement et diminue lorsqu’il y a des pluies significatives. Même si le danger est bas ou modéré en forêt, il peut être élevé en zone périurbaine.

Avant le brûlage

• Il est interdit par la Loi sur la qualité de l’environnement de brûler des matières résiduelles à ciel ouvert, même pour les récupérer en partie. Il est toutefois permis de brûler des branches, des arbres et des feuilles mortes.
• Il est interdit de brûler des matières polluantes comme des pneus, des déchets de construction ou des ordures.
• Il faut obtenir un permis de brûlage auprès du Service incendie en prévoyant un délai d’au moins 24 heures.
• Consultez l’indice-ô-mètre de la SOPFEU. On ne devrait pas faire de feu en période de sécheresse, soit lorsque cet indice est élevé, très élevé ou extrême. Il est plus facile de perdre le contrôle d’un feu lors d’une journée chaude, venteuse ou sèche.
• S’assurer de la présence d’équipement d’extinction, de personnel suffisant et d’une surveillance constante par une personne de 18 ans et plus, dès le début du brûlage jusqu’à l’extinction finale.

Selon le ministère de la Sécurité publique,  les foyers à l’éthanol sont de plus en plus utilisés pour créer une atmosphère chaleureuse, surtout depuis que certaines municipalités interdisent l’installation de nouveaux foyers au bois sur leur territoire. Cependant, il faut se rappeler que ces appareils sont décoratifs et ne doivent pas être utilisés pour chauffer une pièce.

  • Les foyers à l’éthanol sont susceptibles de provoquer de graves brûlures, des intoxications au monoxyde de carbone et des incendies. Soyez prudent et gardez un maximum de distanceentre vous et l’appareil lors de l’allumage.
  • Assurez-vous que votre résidence est munie d’un détecteur de monoxyde de carbone (CO) ainsi que d’un extincteur portatif adéquat et en bon état de fonctionnement.
  • Vérifiez la réglementation municipale et les normes en vigueur relativement à l’utilisation et à l’installation de ce type d’appareil.


Mesures de sécurité pour les foyers à l’éthanol

L’éthanol, aussi appelé bioéthanol, est un liquide inflammable et volatil.

À température ambiante, il peut produire des vapeurs irritantes et inflammables. Ces vapeurs peuvent former un mélange explosif avec l’air et, en concentration suffisante, elles risquent de s’embraser au contact d’une flamme.

Voici quelques mesures de sécurité à adopter afin de profiter pleinement de votre foyer décoratif en toute sécurité :

  • Choisissez un foyer à l’éthanol qui satisfait aux normes canadiennes. 
  • Utilisez toujours l’éthanol recommandé par le fabricant du foyer puisque l’appareil a été conçu pour être utilisé avec un type d’éthanol déterminé.
  • Privilégiez l’utilisation d’un long briquet ou de longues allumettes afin de garder un maximum de distance entre vous et l’appareil lors de l’allumage.
  • Ne remplissez jamais un brûleur encore chaud. Laissez refroidir l’appareil ou attendez au moins 15 minutes avant de procéder.
  • Gardez à distance tout article de fumeur ou objet à flamme nue (allumette, chandelle, briquet, etc.).
  • Entreposez l’éthanol de façon sécuritaire, hors de la portée des enfants et loin de toute source de chaleur.

Les bonnes habitudes à prendre…

Afin d’éviter qu’un incendie de cuisine ne survienne, les préventionnistes en sécurité incendie suggèrent d’adopter les bonnes habitudes suivantes :

• Utiliser une minuterie;
• Utiliser les bons outils et les bons équipements de cuisson (ex.  : mitaines pour le four, manchons à poignées, etc.) ;
• Garder la surface de cuisson dégagée en tout temps;
• Garder à portée de la main le couvercle de la casserole;
• Manipuler les aliments chauds ou bouillants avec précaution;
• Orienter les poignées des casseroles de façon à ce qu’elles ne dépassent pas de la cuisinière;
• Nettoyer régulièrement les appareils de cuisson et la hotte de cuisine;
• Porter des vêtements sécuritaires lors de l’utilisation d’une cuisinière (attention aux vêtements trop amples, aux tissus facilement inflammables, etc.);
• Utiliser une friteuse homologuée munie d’un thermostat;
• Laisser refroidir le brûleur d’un réchaud à fondue avant de le remplir de combustible;
• Utiliser le barbecue de façon sécuritaire conformément au guide du fabricant.

Les erreurs à éviter en cuisine…

Les incendies de cuisine sont majoritairement causés par des erreurs humaines en raison d’un manque de temps ou d’espace, de la fatigue ou encore d’une distraction.
L’analyse des incidents révèle plusieurs comportements inadéquats ou inappropriés en cuisine. En voici quelques exemples :

• Allumer de façon prématurée l’élément chauffant de la cuisinière;
• Sous-évaluer la rapidité de cuisson de certains aliments;
• Déplacer une casserole en flammes;
• S’occuper à d’autres tâches ou se laisser distraire pendant la cuisson des aliments (ex. : répondre au téléphone, regarder la télévision, etc.);
• Oublier de fermer l’élément chauffant après la cuisson;
• Mettre des objets combustibles près ou sur la surface de cuisson, tels les boîtes de carton, les essuie-tout, les linges à vaisselle, les sacs d’épicerie, etc.;
• Il ne faut jamais tenter d’éteindre un feu d’huile avec de l’eau! L’ajout d’eau alimente et propage le feu!;
• Mettre temporairement des objets combustibles dans le four (ex. : boîtes de pizza).

Saviez-vous que…

En moyenne, environ 16 000 incendies surviennent chaque année au Québec.
Depuis 2010, une baisse considérable de 27 % du nombre d’incendies annuel a été observée. Cette dernière s’explique, entre autres, par des activités de prévention efficaces et par la mise en œuvre des schémas de couverture de risque en incendie.
Près du  tiers  des incendies de bâtiments résidentiels au Québec  débutent dans la cuisine,  soit environ 1  300  incendies par année ou 25 par semaine.
Entre 2011 et 2015, 74 personnes sont décédées et 504 ont été blessées  dans un incendie ayant débuté dans la cuisine. L’intervention des pompiers a permis le sauvetage de 304 personnes.
Près de deux victimes sur trois (60  %) sont de sexe masculin.
Les  éléments de la cuisinière représentent la source de chaleur de 63 % des incendies mortels ayant débuté dans la cuisine.
La Fondation des pompiers du Québec pour les grands brûlés estime que 80 % des brûlures sont causées par une source thermique domestique tels les huiles chaudes, les liquides bouillants, les liquides à fondue, etc.

• Posez le réchaud à fondue sur une surface stable qui supporte la chaleur. Évitez de le placer  directement sur une nappe ou un napperon.
• Dégagez l’espace de quelques centimètres autour du réchaud.
• Assurez-vous que le brûleur à combustion liquide soit bien refroidi avant de le remplir. Ne jamais l’emplir lorsqu’il est chaud. Utilisez un second brûleur.
• Remplissez le brûleur avec le combustible recommandé. Utilisez les capsules de gel combustible seulement dans le brûleur prévu à cette fin.
• Utilisez un couvercle en métal pour éteindre le brûleur.
• Laissez brûler complètement le combustible liquide.
• Évitez de déplacer le brûleur s’il contient encore du combustible liquide, et ce, même s’il est éteint.
• Attendez que le contenu de la casserole à fondue soit refroidi avant de la déplacer.
• Remplacez la casserole si elle présente des signes d’usure.

Pour plus d’informations, vous pouvez communiquer avec le Service de sécurité incendie au 450 889-5589 ou à incendie@st-felix-de-valois.com.